Ma petite dernière… toi <3

Je pensais qu’avec l’arrivée de notre deuxième enfant, je revivrais les mêmes choses, les mêmes étapes, les mêmes craintes, les mêmes galères. Au final, je ressent cette sensation que tout est différent, tout est nouveau. Elle est elle, elle est unique, on a notre propre relation, similaire mais différente de celle avec son grand frère. 13_-_adeline_klam-_ateliers_fleurs_en_papier-copie

Quand on attendait Andréa, je m’imaginais une enfant ressemblant beaucoup à son frère, au delà du physique, ayant le même rythme, les mêmes étapes clé dans son évolution au fil des mois.  Et finalement, c’est si différent que j’ai parfois l’impression, la sensation de me redécouvrir mère pour la première fois, de ne plus savoir faire, d’appeler les amies pour des conseils, la peur de se faire confiance, alors qu’au fond on sait mais on veut juste bien faire.

J’étais très proche d’Arthur depuis sa naissance, mon premier bébé, celui qui m’a révélé dans le plus joli rôle de la vie, je le suis tout aussi d’Andréa mais j’ai aussi cette vague d’émotions intenses que l’on vit lorsque c’est notre dernier bébé. Non pas que ce soit une fin, parce que nos enfants grandissent et nous apporteront beaucoup d’autres bonheurs avec les années <3 Mais, la vie est ainsi faite, à moins d’une incroyable nouvelle contre nature, je ne porterai plus la vie. J’y reviendrai peut-être un jour pour quelques explications médicales mais c’est également devenu un choix « de famille ». Je le vis mieux.

J’ai chéri Arthur du plus profond de mon être pendant 3 ans à ses côtés, au quotidien et on continuera de le faire et l’accompagner dans sa vie d’enfant merveilleux. Mais je le faisais avec la légèreté et l’insouciance d’imaginer et d’avoir la porte ouverte de revivre les choses un jour. Je sais que ce que je faisais pour Andréa, hier, ce que je fais aujourd’hui ou encore demain, ce seront très certainement des moments/choses que je ne revivrais plus.

Cette nouvelle étape franchie aujourd’hui, un premier moment passé à la crèche, me fait me sentir nostalgique du nourrisson qu’elle était, que je berçais lovée dans mes bras. Parce que ce sont des moments intenses, on les vit à fond puis on les range dans un coin de notre tête en se promettant de ne jamais les oublier. Ce biberon ce matin à 5h30, allongées toutes les 2 sur ce lit sous la couette, c’était un moment très doux, dès que tu croisais mon regard, tu me souriais. Au delà des cernes de panda et des paupières que je peinais à garder ouvertes, c’était un moment simple, tu me chatouillais griffais le visage avec tes petits ongles, le contact avec ma peau te rassurais et tu fermais les yeux, je me laissais faire parce qu’on était trop bien.

Jusqu’à il y a 1 an, j’étais incapable de laisser Arthur à la crèche. Aujourd’hui, on s’apprête à faire ce grand saut ensemble alors que tu n’as pas 5 mois. J’espérais qu’avec l’expérience, je sois suffisamment forte pour vaincre ce déchirement. Mais c’est dur, je lutte.

Je lutte également au quotidien pour te laisser dormir dans ta chambre, seule (alors que tu y es très bien!) mais comme disait Audrey Hepburn, le plus difficile dans la maternité, c’est cette inquiétude intérieure qu’il ne faut pas montrer. Parce qu’on ne sait pas ce qu’il peut arriver, si je ne t’entends pas, si je ne te vois pas. Tu as un souci de RGO, cette épée damoclès qui nous rode au dessus de la tête, nous avons trouvé comment te soulager, on espère que ça va durer. Les crises nous ont fait peur, très peur alors on fait tout pour ne plus les revivre.

J’étais sereine dans mes souvenirs pour Arthur, aujourd’hui, je suis inquiète de tout, je lutte.

Nous avons eu un début de vie à 4 un peu comme dans les montagnes russes (c’est également ce que je ressens pour notre grossesse finalement, la sérénité de la future maman ce n’est pas moi ça), tout allait très bien puis notre ciel s’est assombri quelques jours après ton arrivée, je me suis beaucoup inquiétée, le ciel m’est tombé sur la tête, tu as agrandi mon coeur à la seconde où nos regards se sont croisés, (mon coeur est désormais plus gros, nous sommes 4, ça pèse un peu plus lourd, je comprends mieux mes 3 petits kilos que je n’arrive pas à perdre – tanpis je les garde ce sont les kilos de l’Amour non?), nos corps se sont apprivoisés. Nous avons traversés quelques nuages tous ensemble. L’attente, l’inquiétude et puis le dénouement, heureux, très heureux même de te savoir guérie ou en voie de guérison à ce moment là. Aujourd’hui, tu te remets de tout cela mais je n’arrive pas à faire abstraction du fait que je t’ai transmis du bon durant cette grossesse mais aussi du mauvais. Je ne pensais pas pouvoir rendre malade ma beauté alors que je ne voulais que du bon pour elle. Je sais que rien n’est gagné, tu as été malade, et ce foutu dérèglement peut revenir. Non non rassure toi, je guète, je veille, au quotidien et je le ferai toute la vie pour que cela ne revienne plus assombrir notre ciel.

On vit les choses intensément depuis ton arrivée, ton papa t’aime énormément et tu te lui rends bien avec tes milliers de sourires charmeurs. On le sait, tu es et tu seras notre dernier bébé parce qu’aujourd’hui notre famille est au complet. Alors on profite, on va de l’avant et on grave à jamais ces instants merveilleux. Je suis fière de ce que tu es, de ce que nous sommes tous les 4 individuellement mais aussi de ce que nous sommes ENSEMBLE.

Un article totalement décousu vous en conviendrez, posé là, pendant la sieste que je surveille d’une oreille mais ça me démange d’aller la regarder dormir.favicon

One thought on “Ma petite dernière… toi <3

  1. Je me reconnait tellement dans ce que tu dit ! Un bébé que tu imagine comme le premier parce que après tous ils ont les meme parents la meme vie tout se ressemble et puis au final ils sont si differents malgré leur ressemblances ! Je trouve difficile le fait de pouvoir aimer autant et si differement …. pour ma part je reste persuadée que la difference pour l accouchement entre cesa et voie basse a contribué a cette difficulté qui change tant de chose mis a part l intensite de l amour que j ai pour elles !!! Merci pour ces articles qui rassurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *